Paris – Rouen – Le Havre, un axe logistique en plein développement

paris rouen le havre

Avec son grand port français, Le Havre était la clef de l’amélioration des flux logistique vers Paris. Mais, construire un axe Paris – Rouen – Le Havre, un projet judicieux ?

Fort de son positionnement, le port du Havre représentant 1,2 million de m² d’entrepôts, est un atout majeurs au développement et à l’attractivité de la ville. Lors de la réalisation de cet axe, le but était également de vivre dans le respect de l’environnement et du développement durable (écologie industrielle, transports économes en CO2)

Concernant le fret, le trafic de conteneurs représente 70% (en valeur) du trafic maritime. Sur l’ensemble de la région Seine Normandie, la prévalence de la route s’explique par un maillage fin permettant des relations rapides avec les régions limitrophes.

Les ports de l’axe Seine : Le Havre, Rouen et Paris, vont fusionner en un seul et même établissement public d’ici 2021 ! 

C’est en 2012 que les 3 ports ont été organisé en GIE : Groupement d’Intérêt Économique, nommé HAROPA. Et jusque là, chaque port gère lui même ses tarifs, ses investissements et son foncier. Ce qu’il manquait avant la prise de décision : un pouvoir de décision sur la stratégie des trois ports. 

Et, suivant les mots d’Edouard Philippe, l’établissement sera “opérationnel au plus tard le 1er janvier 2021”. Edouard Philippe avait également annoncé qu’un même projet avec l’axe Rhône-Méditerranée puis l’axe Nord, verrait le jour. Car aujourd’hui, il est davantage intéressant de travailler sur la complémentarité plutôt que la compétitivité.

Paris et Haute-Normandie en quelques chiffre c’est : 

  • 12,21 millions et 1,848 millions d’habitants respectivement
  • 4,54 millions d’emplois soit 28,5 % de l’emploi de la France métropolitaine.
  • Près de 490 000 emplois liés à la fonction logistique avec la Haute-Normandie comme 1ère région logistique de France
  • 14 000 hectares de réserves foncières pour des implantations industrielles et logistiques
  • 128 millions de tonnes de trafics maritimes et fluviaux soit un tiers du total de la France métropolitaine.
port du havre

Mais à quoi sert cet axe ?

Le but de la création d’un axe Paris – Rouen – Le Havre à tout d’abord une portée internationale afin d’enrichir le développement mondiale des flux logistiques. D’une part, cet axe représente un atout notamment pour l’emploi industriel français. Et d’autre part, un atout logistique car il améliore la compétitivité économique et la visibilité du port. Afin de tirer parti des flux de marchandises au delà de la capitale française, il est essentiel d’organiser une coopération efficace.

C’est le 27 avril 2018 au Havre, que Luc Lemonnier, président de la Communauté de l’agglomération havraise (CODAH) et Alexandre Missoffe, directeur général de Paris-Île de France capitale economique (PCE) avaient signé une convention de partenariat afin de « coordonner leur action en faveur de l’attractivité ». Cette signature avait pour visée de concrétiser une volonté commune de promouvoir le Grand Paris et son ouverture maritime grâce aux enjeux à la fois logistiques et portuaires, touristiques, environnementaux et économico-industriels. 

Ainsi, 3 objectifs sont à retenir de cet axe :

  • Faciliter l’accès et déplacements maritime et portuaire
  • Optimiser les flux logistiques et le développement économique
  • Création d’une logistique durable

L’Axe Seine représente l’un des axes majeurs de transport de marchandises en Europe. C’est en 2009 qu’il fut ouvert par l’Etat dans le dessein d’une stratégie visant à faire de Paris, une ville mondiale relié à sa façade maritime, les 2 grands ports : Le Havre (GPMH) et Rouen (GPMR)

Cependant, la fusion des ces trois ports de l’axe Seine effraie certains salariés, car le risque de licenciements, baisse de salaire ou encore mutation n’est pas à négliger. Les inquiétudes se ressentent de plus en plus fortes sur ces sujets.

La Région Normandie accompagne financièrement les ports du Havre et de Rouen afin de réaliser de nombreux projets d’infrastructures. L’axe Le Havre – Rouen – Paris représente 128 Millions de tonnes traitées, 40 000 emplois directs, plus de 14 000 hectares de terrains gérés ou à développer et 1,2 milliards d’euros d’investissements sur 5 ans.

La phrase prononcé par Napoléon Bonaparte en 1802 : « Paris-Rouen-Le Havre : une seule et même ville dont la Seine serait la grande rue. » se révèle toujours d’actualité et d’une réalité sans dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *