Logistique : 5 conseils pour recruter en 2019

Depuis plusieurs années, le recrutement au sein de la supply chain est devenu un sujet sensible. En effet, depuis la crise économique de 2008, les effectifs salariés reculent sans cesse.

Aujourd’hui, sur le marché du transport et de la logistique on compte 1,9 millions d’emplois avec environ 23 000 postes à pourvoir. On remarque aussi que les contrats en CDD, intérim et apprentissage concernent seulement 9,2% des actifs du transport routier de marchandises. Nous nous en apercevons chez Delaplace.pro, tant nous recevons des candidatures de caristes, opérateurs ou encore conducteurs de poids lourds… Ne s’agisssant pas de notre métier, nous transmettons  le plus souvent ces coordonnées et autre CV recueillis à nos partenaires annonceurs.

Les entreprises ont été confrontées à des grandes préoccupations en terme de recrutement, soit 48% des projets d’embauches ont fait face à des difficultés en 2018. La question qui se pose aujourd’hui est : Comment motiver et améliorer l’effectifs des candidats en logistique ?

Cette difficultée à trouver les profils dans le secteur du transport, notamment des conducteurs routiers peut être dû à un manque de motivation causé par de mauvaises conditions de travail et de faibles revenus.

De plus, les femmes sont sous-représentées dans le monde du transport routier. Nous remarquons qu’elles sont peu présentes chez les ouvriers logistiques. Ce n’est que récemment que le recrutement en logistique a connu un redressement en passant de 3,2% par an entre 2015 et 2017.

https://www.chaze.io/blog/recruter-secteur-transport-logistique/

Nous vous présenterons dans cet article, les différentes solutions du marché afin d’améliorer les effectifs.

1) Améliorer les conditions de travail

En effet, travailler dans de mauvaises conditions repousse les ouvriers à travailler dans ce secteur. De fait, cela permettrait d’éviter les accidents de travail, de trajet ou les maladies professionnelles, et ainsi diminuer le pourcentage de journées perdues dans le TRM (transport routier de marchandises). 

De plus, beaucoup renoncent à travailler dans le secteur de la logistique en raison la faible rémunération. C’est pourquoi entre 2001 et 2017, le salaire mensuel de base dans le secteur de la supply chain a augmenté de 1,88% par an, ce qui à permis d’initier une remotivation de l’emploi dans ce secteur. 

D’autres solutions pour améliorer les conditions de travail sont mise en place par les entreprises et les entrepôts comme :

  • Avoir des entrepôts plus lumineux  : même s’il existe une réglementation stricte au sujet de la luminosité sur un lieu de travail, cette dernière s’applique d’autant plus dans un entrepôt qui peut vite être sombre (par le manque de fenêtres ou de lumières artificielles). Ainsi, le fait d’avoir un entrepôt lumineux permet, en plus d’être dans la règle, d’augmenter de l’ordre d’un pour cent la productivité des salariés. Ce 1% peut sembler peu mais à l’échelle d’une année, le gain peut être considérable !
  • Des postes plus ergonomiques pour limiter les risques au niveau de la santé : les salariés de la logistique sont parmi les plus touchés par les TMS (Troubles Musculo Squelettiques). Raison pour laquelle de nombreuses entreprises adaptent les postes en faisant en sorte par exemple de limiter les mouvement répétitifs ou contraignants pour le corps. En outre, on peut noter que de nombreuses entreprises d’intralogistique commencent depuis quelques années à développer des technologies permettant de “soulager” le corps des opérateurs et opératrices effectuant des mouvements répétitifs, comme les exosquelettes par exemple.
  • La salle de pause est un élément incontournable du lieu de travail, du fait qu’elle a des conséquences bénéfiques sur les salariés en leur permettant de déstresser et de se détendre. On pense tous à l’exemple de Google qui met à disposition de ses salariés tout ce qu’il faut pour se sentir « chez soi ». Même si dans la logistique, les salles de pauses ne sont pas encore celles d’un campus Google, il est à noter que de nombreux logisticiens mettent à disposition de leurs salariés des espaces de détente de plus en plus confortables.  L’importance de la salle de pause réside dans les effets qu’elle produit sur les salariés. En profitant pleinement de leur temps de pause, ces derniers sont plus productifs. La FNAC par exemple a récemment mis en place de nouvelles salles de repos– pour ses sites logistiques de Massy et de Wissous.
  • Proposer des événements pendant ou hors du temps de travail (afterworks, petit déjeuner d’entreprise, …). L’entrepôt d’Amazon LIL1, basé à Lauwin-Planque, organise des thématiques assez variées, comme la journée pyjama où chaque collaborateur doit venir en pyjama, des journées roses au profit d’association, …

2) Se rapprocher d’agences de recrutement logistique nouvelle génération

Source : Acoss

De nos jours avec la digitalisation des données, plusieurs sites proposent un recrutement simple et efficace avec un accompagnement en ligne équivalent à celui en agence, ceci permet au candidat plus de flexibilité car il choisi ses missions en fonction de ses disponibilités et de ses besoins. 2 exemples :

  • https://www.side.co/companies : agence d’intérim nouvelle génération, Side.co permet de trouver de l’emploi grâce aux entreprises qui déposent leurs offres (préparations de commandes lors de pics d’activité par exemple), de manière rapide (réponse sous 24H). Automatisation des démarches automatise les démarches via une interface accessible 24/7.
  • https://www.iziwork.com : Iziwork est un site porposant des missions temporaires d’intérim. Elle permet aux entreprises de déposer leurs offres d’intérim, et également à des candidats de trouver du travail en logistique. C’est ce que l’on appelle le smart interim. Cette plateforme propose beaucoup + de flexibilité que les agences d’intérim classiques, tout en ayant un système de notation afin de récompenser les travailleurs les plus fidèles.

3) Les chasseurs de têtes spécialisés en logistique

Il est aujourd’hui difficile de trouver des candidats motivés et expérimentés au sein de la logistique. Une solution est aujourd’hui de plus en plus utilisée par les recruteur : dénicher un chasseur de tête spécialisé en logistique.

Possédant une connaissance pointue du marché et une vision du candidat idéal, il saura trouver rapidement les professionnels les plus compétents du domaine.

Comment se rémunèrent ces agences ?

  • Le tarif forfaitaire : Ce montant se fixe au cas par cas en fonction de la complexité de la mission de recrutement.

Comme a dit Olivier Ferlin, Fondateur de Silicon Salad, une agence Web d’e-commerce lilloise comptant 19 salariés, “Se tromper coûte bien plus cher que les services d’un cabinet ! ».

Les tarifs se calcule au niveau du coût de la prestation, elle commence au niveau  de la recherche du profil concerné puis jusqu’à la présentation de 3 ou 4 candidats. Cette commission se construit entre 15 et 20 % du salaire annuel brut proposé pour le poste.

http://www.leparisien.fr/economie/combien-coute-un-cabinet-de-recrutement-08-10-2014-4197209.php

Mais d’après Wilhelm Laligant, directeur général du cabinet Randstad Executive, « Lorsqu’il s’agit d’un poste de haut niveau ou nécessitant une expertise très spécifique impliquant de mener une mission de chasse de tête, le pourcentage tourne plutôt entre 20 et 25 % »

  • Le retainer fee : l’une des stratégie adoptée par les cabinets ne possédant pas de gros volumes de recrutement qui consiste à une facturation par étapes.

Ici, le principe est de payer en trois versements égaux :

  1. Un acompte lors de la signature de l’ordre de mission
  2. Un deuxième versement doit être fait à la présentation de candidats validés
  3. Puis, le solde des honoraires payé à la fin de la mission réussie
  • Le success fee ou contingency : Cette stratégie fonctionne sous le principe d’une obligation de résultat avant de facturer les honoraires dans leur totalité. Ce n’est qu’à la fin de la mission, au moment où le candidat est embauché que le cabinet reçoit sa rémunération La rémunération au succès est souvent payée en deux versements : Un acompte (environ 1 000 € à 3 000 €) couvrant les frais de lancement de mission et soit un engagement mutuel des partis. Puis, le solde des honoraires qui est reçu à la fin de la mission réussie.

4) Publier les annonces de recrutement sur les sites d’offre d’emploi les plus fréquentés

Avant de publier une annonce sur un site il faut se pencher sur la question de la rédaction de l’offre afin de booster les chances d’attractivité. Alors ? Comment rédiger de manière efficace une offre d’emploi ?

Voici quelques conseils afin de rédiger au mieux votre offre d’emploi :

  • S’assurer de faire figurer les mentions essentielles (lieu, salaire, job)
  • Attirer l’attention, donner envie de lire toute l’annonce
  • Situer précisément l’annonce ou l’offre proposé
  • Employer un ton approprié même si le tutoiement est de plus en plus utilisé en 2019
  • Et enfin aucune forme de discrimination est tolérée, bien faire figurer les deux sexes dans l’annonce proposée par exemple
  • Mettre en avant les étapes d’intégration de l’employé pour rassurer sur l’accueil de celui-ci
  • Rédiger la partie sur la description de l’entreprise en mode story-telling
  • Ne pas hésiter à tourner les missions sous cette forme : “si toi aussi tu…”, “tu souhaites… ?”, “alors rejoins-nous”
  • N’oubliez pas de dire ce que vous recherchez, mais aussi et surtout pourquoi on doit postuler chez vous !

Quelques sites pour poster votre offre d’emploi :

  • http://www.supply-chain.fr : Vous êtes employeur et vous recrutez en logistique ? Vous pouvez dès aujourd’hui déposez des annonces afin de trouver un professionnel motivé au sien de votre supply chain.
  • https://www.carriere-industrie.com : Faisant parti du réseau Direct Emploi, cette plateforme emploi également des professionnels de la logistique.
  • https://www.jobtransport.com : Ce site d’emploi est lui aussi, entièrement spécialisé dans les offres d’emploi logistique, transport et supply chain mais également des fonctions supports comme comptable ou ressources humaines.
  • https://www.logpartner.fr : Cette plateforme web est un cabinet de conseil oeuvrant dans le recrutement de cadres ou cadres supérieurs dans le domaine du transport logistique.
  • https://www.fedsupply.fr : Cabinet de recrutement dédié aux métiers de la logistique, des achats, de l’import-export, de la relation clients et de l’administration des ventes
  • https://www.indeed.fr et https://www.apec.fr : Enfin, ces deux sites connus par un grand nombre d’entre nous. Que l’on soit recruteur ou à la recherche d’emploi, ces plateformes web proposent des milliers d’offres logistiques partout en France !
  • https://www.linkedin.com/jobs/ : Bénéficier de la puissance du plus gros réseau social professionnel en France pour pouvoir diffuser votre annonce.

5) Travailler la marque employeur

Utiliser les techniques et leviers du marketing au service des ressources humaines. Le marketing est utilisé plus généralement pour servir plusieurs objectifs : faire aimer (affectif), faire connaître (cognitif) et faire agir (conatif) afin de promouvoir une marque et d’aider à l’acquisition/fidélisation/rétention de business. Pour cela, on utilise différents leviers de communication/marketing (affichage, réseaux sociaux, publicité, relations presse, événement, …). En 2019, la notion de “marque employeur” (apparue à la fin des années 90) est de plus en plus ancrée, mais peu dans le domaine de la logistique. C’est donc une réelle opportunité pour les sociétés logistiques qui ont des difficultés pour embaucher dans ce domaine, en travaillant leur image pour attirer de nouveaux talents.

L’idée est simple : utiliser ces mêmes leviers pour promouvoir l’image de marque-employeur (de société qui emploie, en quelques sortes). Ainsi, Delaplace.pro vous révèle quelques techniques :

  • Publier sur les réseaux sociaux des contenus qui attestent d’un climat où il fait bon travailler dans votre société : locaux attractifs, ambiance, événements en interne, réussites/évolutions professionnelles en interne, …
Exemple : Toboggan d’entreprise chez Aweber
  • Capitaliser sur les employés déjà existant afin de recueillir leurs avis positifs, de les montrer en exemple et créer des campagnes de cooptation/parrainage en interne. En effet, le principe est de rémunérer les salariés qui amènent des futurs recrutés. La rémunération varie selon l’expérience, le poste et le profil mais cela peut aller entre 100 et 5000 euros par exemple. La prime de cooptation est alors versée au moment de la signature en cdi du nouveau recruté, période d’essai donc validée.
  • Promouvoir l’accueil exceptionnel des nouveaux salariés afin de créer une dynamique de recrutement à effet ricochet. Exemple : cadeaux d’accueil, semaine d’intégration, respect, avantages (tickets resto, mutuelle, primes d’activité, …) ou encore la participation des salariés au capital de l’entreprise (don d’actions).
  • Travailler des vidéos pour promouvoir le bien-être et l’environnement de travail. Exemple de vidéo de promotion d’entreprise, lorsque Vente-Privée cherchait à recruter  un superviseur logistique en juin 2019 : https://www.youtube.com/watch?list=PLUndIPKSZI5TRraENZTquiRtl66_cuYOJ&v=QKXO23EiY4g

Attention tout de même à véhiculer une image réelle et ne pas créer des événements ou goodies juste pour en faire la promotion. Le bouche-à-oreille des salariés déjà existants est difficilement contrôlable..

6) Exemple de stratégie de recrutement Amazon

Amazon possède de nombreux secrets de famille et le recrutement en fait partie ! En effet, Jeff Bezos, PDG d’Amazon, ne partage avec aucun chasseur de têtes ses recettes de recrutement. 

Très exigeant sur le recrutement, la chasse aux managers est considérée comme une activité très importante et uniquement gérée en interne. C’est la direction générale qui garde la haute main sur le recrutement des candidats.

Le parcour d’entrée chez Amazon est très balisé, plusieurs critères de sélection sont mises en place par l’entreprise afin d’avoir les meilleurs candidats possibles.

  • Les candidats répondent à un test analytique
  • Si le test est concluant le candidat se verra attribué un entretien téléphonique
  • Suite à ça, le candidat passera 4 ou 5 entretiens avec différents collaborateurs de l’entreprise afin de décider ou non du recrutement
  • La décision est bien sûr prise en amont par la direction

C’est l’une des particularité chez Amazon, ce n’est pas le manager seul qui prend la décision du recrutement ou non.

Si vous suivez toutes ces astuces et étapes dans votre process de recrutement, nul doute sur le fait que vous ayez nombre de candidats suite à cela ! À vous de jouer…

Si en revanche toutes ces étapes vous semblent bien délicates et réservées à des professionnels rompus aux techniques RH, la solution est peut-être du coté de l’externalisation de votre logistique. Avec Delaplace.pro, vous avez la possibilité de confier toute votre logistique à un professionnel du secteur ; et pour être certains que votre logistique sera entre de bonnes mains, c’est toute l’équipe commerciale de Delaplace.pro qui s’activera lorsque vous déposerez votre besoin logistique sur notre plateforme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *